S’inspirant du parc paysager anglais [lien hypertexte vers historique à insérer] cette partie du jardin vous invite à flâner le long de ses chemins tout en courbes et surprises. Pelouses évoquant une prairie parsemée d’arbres majestueux, mare à l’allure sauvage, massifs d’arbustes source de mystère, autant d’éléments chers au cœur des artistes qui ont rêvé et dessiné le jardin paysager à l’anglaise.

Devenez peintre le temps d’une promenade. Nous vous proposons une découverte du Jardin Paysager suivant 7 points de vue mais il ne tiendra qu’à vous de trouver le vôtre.

  • Introduction à la promenade

A l’entrée du jardin, un hêtre pourpre (Fagus sylvatica ‘Atropurpurea’) vous accueille et surplombe des assises ornées d’étranges petits cadenas. Les avez-vous reconnus ? Ces cadenas sont bien ceux des amoureux du pont les Arts ! Les élèves de 1ère leur ont donné une seconde vie lors du chantier de réaménagement de cet espace en 2019. Lieu de rencontre et de repos, cet endroit est pensé comme une respiration avant, ou après, la promenade. Le chemin qui s’en détache file vers les bambous et au-delà, il vous guidera jusqu’au cœur du Jardin Paysager.

  • La marre aux nymphes.

Derrière le rideau des bambous vous découvrirez un platelage tout en courbes, ponctué de petits bassins entre mare et pelouse. Rénové par les élèves de 1ère en 2020, ce platelage vous permet de découvrir les plantes de bord de marre tout en gardant les pieds au sec.

Vous pourrez ainsi admirer une plante mystérieuse et aussi ancienne que les dinosaures, la rhubarbe géante du Brésil (Gunnera manicata). Mais de rhubarbe elle n’a que le nom, ses feuilles impressionnantes sont tapissées d’épines et peuvent atteindre 2 mètres d’envergure !

Toujours entre mare et platelage trône le cyprès chauve (Taxodium distichum).  Cet habitué des marais a des racines peu communes qui forment des excroissances, les pneumatophores. Elles émergent du sol et pointent vers le ciel. Le cyprès chauve est un des rares conifères au feuillage caduc. Ses feuilles, légères comme des plumes, se parent d’une magnifique couleur orange en automne.

Si en été vous rechercher un peu de fraîcheur, vous la trouverez à l’ombre du plaqueminier lotier (Diospyros lotus) qui donne en fin de saison de petits fruits rappelant ceux de son cousin, le kaki.

  • L’opulence faite fleur

En quittant la mare par la rocaille vous pourrez, dès la fin de l’hiver, admirer la floraison des magnolias (M. stellata, x soulangeana, grandiflora) alors parés d’une multitude de somptueuses fleurs roses ou blanches. Assis sous leurs branches basses vous pourrez vous délecter de leur parfum subtil tout en laissant votre regard traverser le jardin de roses.

Au bosquet de magnolias succède le massif des pivoines (Peonia lactiflora). Du blanc au rouge cerise, en passant par une multitude de tons roses, leur exubérante floraison éphémère est un joyau du mois de mai à ne rater sous aucun prétexte !

  • La beauté à grande échelle

Pour un tableau en mouvement, prenez le temps de parcourir l’immensité verte des pelouses du Jardin Paysager. Vous y verrez se succéder les floraisons des bulbes printaniers célébrant le réveil de la nature : narcisse, crocus, gloire des neiges, nivéole, anémone de Grèce… Autant de joyaux délicats se présentant pour certains en tapis et d’autres, plus discrets, se faufilant sous le couvert des arbustes.

Explorez cet espace en levant les yeux et découvrez-en ses arbres majestueux. En voici quelques-uns, saurez-vous les retrouvez lors de votre promenade ?

  • Le parasol chinois (Firmiana simplex) – Ses feuilles rappellent celles du figuier et ses fruits très originaux contiennent des graines qui ressemblent aux petits pois !
  • Le frêne pleureur (Fraxinus excelsior var. pendula) – Discret, ce frêne aux branches retombantes forme une charmante petite chambre de verdure, il est un des rares spécimens visibles en Ile de France.
  • Le plaqueminier du japon ou kaki (Diospyros kaki) – Venez le voir en automne paré de ses superbes fruits orange vif, les fameux kakis.
  • L’arbre aux 40 écus (Ginkgo biloba) – Un des plus beaux spectacles de l’automne lorsque ses feuilles en éventail deviennent couleur d’or. Cependant à la chute de ses fruits admirez le à distance… car lorsqu’ils se décomposent ils dégagent une odeur nauséabonde.
  • Le tilleul de Henri (Tilla henryana) – Un tilleul chinois peu commun aux feuilles en forme de cœur longuement ciliées.
  • Les érables (Acer) – Tous plus beaux les uns que les autres, tous différents ! L’érable du père david, un érable à peau de serpent à l’écorce marbrée de jade ( davidii) ; l’érable palmé Crispum au port en fuseau et aux petites feuilles adorablement recroquevillées (A. palmatum Crispum) ; l’érable palmé Ornatum, un érable retombant au charme fou ; l’érable du japon Aconitifolium, aux feuilles de dentelle.
  • Le pavier blanc (Aesculus parviflora) – Un marronnier nain très différent de ceux de nos cours d’école. Ce marronnier est un arbuste tout en rondeurs, hérissé de fleurs dressés vers le ciel en début d’été.

La beauté à grande échelle

  • Voyage en terre de bruyère

Venez découvrir ces plantes méconnues au nom pourtant connu de tous, les plantes de terre de bruyère. Elles vous feront voyager au fil des saisons : en fin d’hiver camélias et magnolias seront les premiers à vous offrir leurs fleurs si romantiques, une fois le printemps installé azalées et rhododendrons vous feront assister à un véritable feu d’artifice, les hortensias à la floraison généreuse célèbreront l’arrivée de l’été, et enfin les camélias d’automne au parfum délicat viendront clôturer l’année.

Pour vous accompagner dans ce voyage, les jardiniers sont actuellement à l’œuvre pour composer un sous-bois féérique que vous pourrez parcourir en empruntant un petit chemin sinueux. Ce lieu vous offrira la douceur du printemps et sera un havre de fraîcheur au cœur de l’été…

Voyage en terre de bruyère

  • Au cœur du tableau.

Après avoir parcouru les courbes du Jardin Paysager, oubliez la course folle du temps et prenez place sur le banc circulaire au pied du majestueux marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum). Une vue panoramique vous y attend pour une promenade visuelle : votre regard passera des titanesques platanes aux massifs de terre de bruyère, il s’attardera sur le vert des pelouses avant d’aller se perdre en direction de la mare. Un coup d’œil vers les bâtiments de l’école et vous y verrez se dessiner un dernier tableau.

  • Une composition éphémère

Mais quel est cet endroit énigmatique, adossé aux bâtiments et composé de végétaux se mêlant aux roches de couleur rouge ? Vous voilà arrivé au Troisième Lieu. Ses îlots se décrochent du continent pour aller se perdre dans un océan vert. Sur les rochers la vie se développe, la nature reprend ses droits. Terrain hybride entre minéral et végétal, intérieur et extérieur, ordre et chaos, cet espace se veut une extension de la bibliothèque où des tables voyageuses invitent au travail collaboratif. A vous de vous approprier ce lieu à mi-chemin entre jardin et école.

Le Troisième Lieu est un travail de création réalisé par les élèves des promotions 2019 et 2020 du baccalaurat professionnel Aménagements Paysagers adultes. Ephémère il sera amené à évoluer au grès des promotions se succédant. Retrouvez les plans et notes d’intention dans le hall de la bibliothèque ouverte au public.

S'inscrire à la newsletter

Test de popup

gzgez

Le lycée de l’Ecole Du Breuil et le CFA sont fermés à partir de lundi 16 mars 2020.
Les élèves apprentis et adultes en cursus diplômants continuent à suivre leur formation à distance.

Le jardin et la bibliothèque de l’Ecole Du Breuil sont fermés jusqu’à nouvel ordre, toutes les formations, y compris les cours de jardinage, de permaculture, sont annulées.
Les calendriers et les modalités de recrutement pour l’année 2020/2021 restent inchangés

Formation continue : Les inscriptions des professionnels pour la formation continue sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, merci de ne pas envoyer pour le moment de demande de devis.

En raison de la situation sanitaire, la fête annuelle de l’Ecole Du Breuil ne pourra se tenir comme prévu les 16 et 17 mai et sera reportée à l’automne. Nous vous tiendrons informés dès que possible de la nouvelle date retenue.

Et nous continuons à répondre à vos messages envoyés à : ecoledubreuil@paris.fr