La plante à l’honneur !

La pivoine ou l’incomparable beauté.

Du grec ancien le genre Paeonia (littéralement « plante à guérir »), la pivoine a très tôt connu le succès grâce à ses vertus curatives.
Fleur de légendes de la Grèce Antique, vénérée par les Chinois, la pivoine a beaucoup à nous conter…Voici son histoire.

Plante vivace originaire d’Extrême-Orient, regroupant une quarantaine d’espèces.

On distingue deux espèces de pivoines :

  • Les pivoines herbacées (dont l’espèce la plus courante est la pivoine de Chine) perdent leur feuillage en hiver pour renaître au printemps.
  • Les pivoines arbustives conservent leur tronc ligneux, pouvant atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur.

Jusque dans les années 1950, les botanistes ont classé la pivoine dans la famille des Renonculacées. Mais au vu de ses nombreuses particularités, on créa une nouvelle famille botanique appelée Paéoniacée.
Cependant, la classification des pivoines arbustives ne met pas encore tout le monde d’accord !

Véritable objet de fantasmes, la fleur de pivoine émerveille par la multiplicité de ses formes, qu’elle soit simple ou charnue, et par la riche palette de ses couleurs.
La pivoine trouve aussi sa place dans l’histoire de France : au Moyen Age, les bracelets de graines de pivoine permettaient d’après la légende de se protéger des mauvais esprits, des maladies et des tempêtes.

Mythes et légendes ou médecine dans l’antiquité gréco-latine.

Dans son Iliade, Homère est le premier à donner ses lettres de noblesse à la fleur au travers de l’histoire de Péon.
Ce médecin des dieux de l’Olympe aurait guéri, Arès blessé par Diomède lors de la guerre de Troie ou Hadès touché par une flèche d’Héraclès lors de son passage dans le monde des enfers ou encore Héra blessée au seins par le même Héraclès.
Peon a un secret il glisse dans chacun de ses remèdes la graine d’une pivoine.

Dans une autre légende grecque on raconte que la nymphe Péone était si courtisée par les dieux qu’une déesse, folle de jalousie, l’aurait transformée en une fleur aux mille pétales : la pivoine.

Connaissez-vous l’expression populaire « rougir comme une pivoine » ? Le sentiment de honte ressenti par la nymphe Péone, qui fut transformée en cette fleur, pourrait en être à l’origine.
Le mythe de la nymphe Péone nous rappelle que la pivoine peut être aussi synonyme de honte : Péone avait en effet enfreint le code de la pudeur et fut pour cette raison transformée en fleur.

Dans le monde des mortels médecine et magie s’entremêlent.
Théophraste considérait la pivoine comme une plante magique, liée au cosmos tout entier. Il préconisait des règles très spécifiques, car mal exécutées, celles-ci pouvaient conduire à d’atroces souffrances.

« Doit être arrachée la nuit; si on l’arrache de jour, et que l’on est vu par un pivert en train de cueillir le fruit, on risque de perdre les yeux, et si on coupe la racine, on risque la procidence de l’anus » (Histoire des plantes, IX, 8, 6.)

En médecine Hippocrate (460-370 av. J.C) la prescrivait comme remède contre les maux des femmes. « Remède qui attire les règles et qui les fixe. Ayez trois ou quatre graines de pivoine, noires ou rouges : pilez-les dans du vin et faites boire.»

(De la nature des femmes t. VII, trad. Littré).

Médecine ou riche de symboles dans l’antiquité chinoise.

On sait également qu’il y a environ 2000 ans, la Chine commença à cultiver la pivoine pour traiter diverses affections.
La pivoine arbustive est surtout appréciée comme ornementale, alors que la pivoine herbacée est préférée pour un usage médicinal. Sa racine, pelée puis découpée en tranches sert à enrichir le sang, consolider le yin et à réguler le foie et calmer la douleur.

Il faudra attendre 500 ans avec l’arrivée de la dynastie Song (960-1279) pour que la pivoine soit appréciée pour ses qualités esthétiques et son incroyable parfum.
Elle orne alors les palais impériaux et inspire les artistes qui la déclinent en peinture, porcelaine, poteries…
Une admiration qui ne cessera de grandir au point que la pivoine soit considérée par les Chinois comme la reine des fleurs.

Cette fleur est aujourd’hui adulée autant pour son opulente beauté que pour ses vertus médicinales. Elle est encore très cultivée pour la production de médicaments, fabriqués à partir de l’écorce de ses racines.

En Chine, on raconte que Wu Zetian, unique impératrice de l’histoire de la Chine, se promenait dans ses jardins un soir d’hiver de l’an 691. Étonnée de n’y trouver aucune fleur, elle ordonna à celles-ci de fleurir pendant la nuit. Toutes les fleurs s’exécutèrent excepté la pivoine qui refusa de fleurir hors saison.
L’impératrice, humiliée, bannit alors toutes les pivoines de sa ville, Xi’an, et les renvoya à Luoyang, qui devint plus tard la capitale de la fleur.
Pour les Chinois, la pivoine est riche de symboles : on l’associe à la beauté féminine et à l’amour, mais elle est aussi l’emblème de l’abondance et de la réussite sociale.

Source : Wikipédia, le le jardin des dieux (édt. Flammarion), site internet Interflora.

Textes William Anton
Photos ©C.LEBRUN EDB

S'inscrire à la newsletter

Test de popup

gzgez

Le lycée de l’Ecole Du Breuil et le CFA sont fermés à partir de lundi 16 mars 2020.
Les élèves apprentis et adultes en cursus diplômants continuent à suivre leur formation à distance.

Le jardin et la bibliothèque de l’Ecole Du Breuil sont fermés jusqu’à nouvel ordre, toutes les formations, y compris les cours de jardinage, de permaculture, sont annulées.
Les calendriers et les modalités de recrutement pour l’année 2020/2021 restent inchangés

Formation continue : Les inscriptions des professionnels pour la formation continue sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, merci de ne pas envoyer pour le moment de demande de devis.

En raison de la situation sanitaire, la fête annuelle de l’Ecole Du Breuil ne pourra se tenir comme prévu les 16 et 17 mai et sera reportée à l’automne. Nous vous tiendrons informés dès que possible de la nouvelle date retenue.

Et nous continuons à répondre à vos messages envoyés à : ecoledubreuil@paris.fr